Loi Travail, nouvelle reforme de Macron

Mai 16, 17 Loi Travail, nouvelle reforme de Macron

Le 14 mai prochain, monsieur Emmanuel Macron sera officiellement à la commande de ses nouvelles fonctions. Le nouveau président de la République, à proposer dans son programme plusieurs réformes au niveau de l’assurance vie, au niveau de l’éducation nationale, mais surtout des reformes concernera aussi la loi travail.

La reforme de Macron

Après la mise en œuvre de la loi El-Khomri, qui a suscité de nombreuses manifestations, le nouveau président, a prévus d’agir rapidement, par ordonnances, et de mettre en œuvre l’un des points clés de son programme, la réforme du travail. Concrètement, une ordonnance, c’est le fait de contourner l’approbation nécessaire de l’Assemblée nationale le pouvoir « législatif » pour faire passer une loi. L’exécutif, qui est le gouvernement, est autorisé à prendre pendant une période limitée, des mesures qui sont normalement du ressort du parlement sans passer par ces derniers, comme l’a expliqué l’administrateur judiciaire.

Cette loi stipule, que chaque entreprise peut en négociant avec les représentants des salariés et le syndicat, de fixer ensemble les règles de l’entreprise, qui englobera, heures de travail, salaires des employés et les conditions de travail. Mais encore, d’établir le plafond des indemnités des salariés en cas de licenciement abusif.

Loi travail, non merci !

Une pétition a été lancée en ligne sur le site loitravail.lol, contre la réforme de la loi travail qui a déjà recueilli plus d’un million de signatures. Ainsi qu’une lettre ouverte écrite par Caroline de Haas et François Ruffin publier par le huffington post et qui dénonce l’usage du nouveau président de l’ordonnance. Les salariés, se préparent à manifester une nouvelle fois pour exprimer leur refus total face ces réformes, dont ils n’y voient pas l’intérêt. En effet, après la vague de licenciement et du grand nombre de salariés retrouvés en chômage à cause des sociétés qui ont affronté des difficultés financières comme les géants du textile Mim, Vivarte et dernièrement Tati, les salariés s’inquiètent sur leur sort après ces réformes.

En effet, le pionnier du textile discount, Tati est en redressement judiciaire depuis le 4 mai dernier, avec la désignation de deux administrateurs  comme Laurent Le Guernevé qui sont chargés de sauver l’entreprise, et surtout de garantir de garder le maximum de salariés dans leur emploi. Dans le cas échéant, 1754 salariés se trouveront du jour au lendemain en chômage.

D’autres reformes dans le programme

Le nouveau président compte appliquer ces promesses à la lettre, en effet, parmi les réformes apportées dans son programme, l’arrêt immédiat du népotisme des parlementaires, en prohibant d’employer un membre de leur famille. Mais encore, Macron prévoit reformer l’éducation nationale en limitant le nombre d’élèves à 12 par classe, ainsi que de restituer les classes bi-langues. Mais encore intervenir dans le développement européen et bien sûr améliorer la sécurité intérieure pour lutte plus contre le terrorisme.