Recent Posts

La France s’oriente vers l’agriculture biologique a deux vitesses

Avr 24, 17 La France s’oriente vers l’agriculture biologique a deux vitesses

Une étude démontre que neuf Français sur dix consomment du bio au moins rarement, alors qu’ils n’étaient encore que quatre en 2003 et que plus que la moitié des Français en consomment régulièrement. Des chiffres importants qui prouvent l’importance des produits biologiques pour les consommateurs Français.

Produire plus de produits alimentaires tout en respectant l’environnement et la qualité nutritionnelle, est le projet que l’Etat vise mettre en place.

Ces 10 dernières années, la France s’est orientée vers une politique biologique préservant la qualité des aliments et la santé de l’environnement.

Donnant lieu à plusieurs ferme bio et à diverses sociétés de production inscrites à la politique biologique, la France est parmi les premiers pays défendant l’agriculture bio.

L’année dernière, le groupe de la restauration collective s’est engagé dans un projet bio visant à éliminer toutes sortes de produits de pesticides.

« Nous sommes convaincus des bienfaits des produits bio et nous veillons à limiter toute utilisation d’aliments transformés » Explique le dirigent d’Elior Group et le responsable de la stratégie commerciale du groupe.

Collaborant avec une centaine de producteurs inscrits dans le projet bio, le groupe de la restauration collective dirigé par l’ex homme politique  est parmi les plus grandes filiales encourageant l’idée de l’agriculture biologique en France.

L’agriculture bio, une experience a grand risque

Depuis près de 20 ans, Paul Hascoët élève ces terres des vaches laitières en conventionnel sur un terrain de 70 hectares contenant 110 poules et 3 labels bio. « Suivant de près toutes les étapes de l’agriculture de la plantation à la distribution, je souhaitais mettre fin à l’agriculture conventionnelle et m’orienter vers le bio » affirme-t-il.

Il y a quelques années, l’Etat a mis en place un nouveau règlement de l’agriculture encourageant la production biologique, et depuis, Paul et Nadine les deux propriétaires de la ferme, s’orientent vers une nouvelle politique Bio-Cohérence.

Un nouveau reglement europeen incertain

Beaucoup de producteurs agricoles s’intéressent au nouveau règlement mis en place par l’Etat et le trouvent très avantageux et d’autres le juge inutile et empêchant la production agricole.

Le label bio proposé par l’Etat allie les trois indispensables, Nature & Progrès, Bio-Cohérence et Demeter.

Un règlement tant attendu par certains producteurs agricoles, le label bio regroupe déjà près de trois mille de professionnels soit 5 % du total des opérateurs bio.

Pour conclure, la mise en place de la politique Bio-Cohérence et les dernières réformes du règlement européen, sont jugé trop laxistes et bénéfiques pour les uns et un peu gênant pour les autres agriculteurs.

 

read more

 Maroc, vitrine des énergies renouvelables en Afrique 

Avr 18, 17  Maroc, vitrine des énergies renouvelables en Afrique 

Créatrice de valeurs ajoutées accompagnants les besoins grandissants de l’économie, l’industrie du secteur de l’électricité, électronique et énergies renouvelables fait partie intégrante du développement du Royaume marocain.

Revenons en 1996, l’Etat a lancé le plan d’électrification rurale généralisé. L’objectif était de faire passer le taux d’électrification rurale de 18% à l’époque à l’horizon 2010 au rythme de 100.000 foyers par an.

Le programme fit appel à toutes les techniques d’électrification rurale à tous les experts de ce domaine.

Bilan à fin 2013, le taux d’électrification rurale à dépasser les 90% grâce notamment aux entreprises du secteur qui ont plus que doublé leurs capacités de production ainsi qu’aux subventions de l’Etat qui encourage ce genre de projets.

En effet, le gouvernement marocain s’est intéressé au domaine des énergies renouvelables et aux projets verts.

Le directeur du secrétariat particulier du Roi Mohammed VI,  s’est engagé depuis de nombreuses années à mettre une place une nouvelle gouvernance économique au Maroc s’appuyant sur les domaines les plus prometteurs et les plus rentables à long terme, entre autres l’énergie.

Cette réussite tient aussi beaucoup aux services et à l’ingénierie des sociétés marocaines performantes qui opèrent aujourd’hui en Afrique subsaharienne.

Le Royaume marocain mise sur les projets verts

Le Maroc possède une véritable expertise dans les industries, des électricités, de l’électronique et des énergies renouvelables.

Des activités hautement qualifiées, compétitives et structurées autour de fédérations professionnelles.

En vue de partager son expertise et de positionner comme leader dans ce domaine, le Maroc collabore avec plusieurs pays d’Afrique subsaharienne.

Ces trois secteurs d’activités réalisent 45 milliards DH de chiffre d’affaires, dont 12 milliards à l’exportation vers l’Europe, l’Asie, l’Amérique et l’Afrique.

La branche d’électricité représente près de 15.000.000 de dirhams dans vue de 3.000.000 à l’exportation.

Avec son industrie performante et son savoir-faire en matière d’équipements, le Maroc apporte une solution ainsi qu’une expertise adaptée en matière d’électrification du continent africain.

La branche d’électronique comprend, l’électronique grand public et l’électronique de spécialité. L’activité grand public s’est fortement développée sur le créneau de la monétique et de documents à puces. Quant à l’électronique de spécialités, elle est solidement exportatrice et répond également aux besoins grandissant de l’industrie automobile et aéronautique implantée au Maroc.

 

Pour réduire sa facture énergétique et faire face à sa consommation croissante d’électricité et de gaz, le Maroc s’est fixé une stratégie énergétique ambitieuse, énergies renouvelables et efficacités énergétiques en font les principaux piliers.

Par la mobilisation du potentiels solaires et éoliens, le Maroc vise à réduire sa dépendance énergétique et à préserver ainsi l’environnement. » Confirme  le conseiller du Roi et le chargé des projets énergétiques au Maroc.

Les énergies renouvelables fourniront 42% de la puissance électronique installée au Maroc à l’horizon 2020.

Le Maroc dispose d’un gisement éolien important, dont les principaux sites se trouvent à Tanger, Tétouan, Taza, Essaouira, Tarfaya et Dakhla.

Exporter de l’énergie verte est désormais un enjeu stratégique au Maroc comme dans beaucoup d’autres pays africains.

Son expertise, sa volonté de développement et son expérience professionnelle permettent au Maroc de jouer un rôle clé dans l’émergence d’une nouvelle stratégie énergétique en Afrique.

 

 

read more

La France, le premier marché de l’optique en Europe

Avr 15, 17 La France, le premier marché de l’optique en Europe

Selon un classement présenté par GFK, le 4 avril dernier à l’occasion d’une conférence au Groupement des industriels et fabricant de l’optique (Gifo), la France détient la première place européenne au niveau du marché de l’optique aux termes des statistiques de l’année 2016 en enregistrant une augmentation de 1% par rapport à ses principaux concurrents comme l’Allemagne, l’Espagne et l’Italie.

La France survole le marché européen de l’optique

Grâce à des acteurs très performants comme Optic 2000, la France s’est distinguée sur le marché européen de l’optique en enregistrant le plus gros chiffre d’affaires pour l’année 2016 avec une part de 38%. L’Allemagne et l’Italie ont obtenu la 2ème et 3ème place du classement en enregistrant une croissance respectivement de 2,7 et 3,4%, tandis que l’Espagne a obtenu la dernière place avec un marché en baisse de 2,6% pour l’année 2016.

L’innovation, facteur clé de réussite

Pour les opticiens européens, le produit phare reste les verres correcteurs qui représentent 59% du chiffre d’affaires du secteur. Ce produit est à lui seul responsable de la croissance du marché, notamment sur les trois dernières années où il a enregistré une croissance de 8,9%. Pour les détails, la vente des verres est répartie sur la vente des unifocaux qui représentent 63,5% du chiffre d’affaires global et la vente des progressifs qui représentent 33,4% des transactions.

Si ces verres sont toujours demandés, c’est que les clients sont toujours satisfaits. En effet, GFK explique que cette croissance est due principalement à l’innovation, la pièce maitresse du développement de n’importe quel secteur d’activité. En effet, grâce à sa capacité d’innover dans les caractéristiques des verres, la France domine le marché en étant le plus gros vendeur de progressif en Europe en réalisant 37% de parts de marché. Rappelant que ce produit affiche la plus grande croissance de l’optique en enregistrant une hausse moyenne de 21,2% depuis 2014.

Mise à part les progressifs, les verres photochromiques arrivent en deuxième place en termes de ventes avec une progression de 18,4% pour la période 2014-2016, tout en gagnant sur son prix moyen qui a baissé de 3%. De l’autre coté, les montures optiques et solaires représentent le deuxième meilleur produit vendeur des opticiens européens avec des chiffes d’affaires respectifs de 23 et 9% pour l’année 2016.

Avec l’intervention de professionnels comme Optical Center, la France dispose d’une solide structure pour écouler ses produits optiques et compte désormais sur la vente des produits premium pour dominer encore le marché.

 

 

 

read more

Sortir de la dépression : les antidépresseurs et les psychothérapies

Mar 24, 17 Sortir de la dépression : les antidépresseurs et les psychothérapies

Tomber dans une dépression est une situation que personne ne souhaite vivre. Les causes sont multiples, mais le résultat est unique : ça peut venir d’une situation professionnelle déprimante, d’une rupture sentimentale, d’une perte de quelqu’un cher à son cœur et plusieurs autres situations qui mèneront surtout à un sentiment de solitude infernal et une perte de toute sensation positive dans la vie, si ça ne mène pas à la naissance d’envies suicidaires. Le traitement de la dépression reste possible et plusieurs thérapies sont connues. Les antidépresseurs ou les psychothérapies sont les plus évoquées dans ce cas, mais il est impératif qu’ils soient prescrits par un médecin spécialiste.

Le traitement par antidépresseurs

La médecine a inventé plusieurs types d’antidépresseurs qui permettent généralement de corriger le déséquilibre biochimique que cause une situation de dépression. Leur fonctionnement consiste à augmenter les apports de neurotransmetteurs au cerveau. De nombreux laboratoires pharmaceutiques ont travaillé sur les différents catégories d’antidépresseurs. En France, Lundbeck produisait une bonne qualité de ces médicaments.

Parmi les catégories des antidépresseurs, on distingue les antidépresseurs tricycliques, les inhibiteurs de monoamine-oxydase et les inhibiteurs spécifiques qui permettent la recapture de sérotonine. L’effet d’un antidépresseur n’est pas immédiat, mais il a besoin d’une dizaine de jours. Si aucun changement n’a été constaté, le médecin ou psychiatre peut soit augmenter la dose, soit changer le médicament prescrit.

Le traitement psychanalytique

Si le PDG a encouragé la recherche scientifique chez Lundbeck France pour améliorer l’efficacité des antidépresseurs, elle n’a jamais nié l’importance du traitement par psychothérapie afin de dépasser le stade de la dépression. Ce traitement peut s’avérer plus efficace quand il s’agit de dépression légère. En effet, le patient pourrait libérer ses pensées et dégager les aspects émotionnels qui l’ont conduit à cet état. L’entourage du patient est aussi important à sa guérison : sa présence dans les séances de thérapie peut bien l’aider.

Alors que plusieurs études ont confirmé l’efficacité des approches socio-psychologiques dans ce genre de situation, d’autres ont noté la nécessité d’associer ces séances de soutien à une correction par médicaments pour avoir un traitement plus structuré. Dans le cas de dépression plus sévère, la psychothérapie ne peut pas changer gros choses et l’intervention médicale devient plus que nécessaire.

 

read more

Entreprises en difficultés : comment en ressortir

Mar 03, 17 Entreprises en difficultés : comment en ressortir

Plusieurs facteurs de marché placent les entreprises dans une situation difficile qui menace la continuité de leurs activités. Quel est le plan d’actions, conseillé pour les entreprises en difficultés ?

Disparition des entreprises

Dans le contexte actuel, on a remarqué la disparition et la faillite de plusieurs entreprises, notamment les petites et moyennes entreprises, ainsi que les entreprises familiales. Les chefs d’entreprises disposent toutefois de plusieurs mécanismes qui peuvent assurer leur survie sur le marché.

La première raison, revient au manque d’informations sur les solutions disponibles. D’où la création des centres d’informations sur la prévention (CIP). On cite également les problèmes d’ordre structurel comme la centralisation de la prise de décision, la négligence et le gaspillage.

Les indicateurs de difficultés

Il est nécessaire que l’entreprise se fixe un tableau de bord avec les différents indicateurs relatifs à son activité. Souvent, ces signes sont communiqués par la banque. La relation entre entreprise et banquier est fondamentale et elle doit se reposer sur la confiance mutuelle des parties engagées. Ainsi les chefs d’entreprises doivent s’inquiéter si la banque commence à leurs refuser plusieurs services (crédits, prolongation, retrait …). La banque a toujours besoin de garanties pour l’octroi des emprunts, et d’une étude qui assure la solvabilité de la société.

Les clients sont au cœur de l’activité de l’entreprise. Les professionnels, doivent s’investir dans une démarche de fidélisation pour développer une relation continue et durable avec les clients qui peut résister aux mutations du marché. Cette relation peut être affecté négativement par le manque de communication, les retards de livraisons, la non récupérations des clients insatisfaits.

Les salariés sont la force motrice de l’activité entrepreneuriale. Les démissions des salariés clés, l’absence de suivi, les retards répétés de versements, indiquent que l’entreprise est en difficulté sans pour autant oublier les autres relations avec le trésor public et les organismes sociaux.

Les Solutions

L’entreprise qui se trouve en difficultés relatives à leurs trésoreries doivent miser sur la négociation auprès de leur prestataires (organismes sociaux, banques, fournisseurs). Il est nécessaire également de s’engager dans une démarche d’optimisation de couts qui ne touche pas à l’image de l’entreprise (licenciement de salariés ou autres). Cette démarche peut être menée par les chefs d’entreprises, en interne ou à l’aide des organismes spécialisés dans l’audit, la comptabilité, le recouvrement des créances et le cost-killing, comme le bureau double V conseil de Thierry Weinberg, un grand expert dans ce domaine.

« Les différentes missions qui nous sont confiées au quotidien sont autant de challenges que nous sommes fiers de pouvoir relever, avec la poursuite d’un unique objectif qui est la satisfaction de nos clients », explique Thierry Weinberg.

read more

Resiliation possible de l’assurance-emprunteur apres une annee

Fév 18, 17 Resiliation possible de l’assurance-emprunteur apres une annee

L’assurance-emprunteur vient de changer ses conditions. Les assureurs comme Filiassur et autres doivent s’appliquer aux nouvelles règles. Quant aux ménages, ils auront la possibilité de résilier leur contrat au bout d’un an de leur octroi d’un prêt immobilier.

Changer d’assurance emprunter chaque annee

La nouveau dans le marché français de l’assurance nous arrive de chez les sénateurs qui viennent d’intégrer une mesure permettant aux acquéreurs d’un bien immobilier de résilier leur contrat d’assurance-emprunteur au bout d’une année. En effet, le Conseil constitutionnel avait déjà retoqué cette disposition de la loi Sapin 2, pendant que le Parlement l’a voté à l’unanimité. Ceci sera-t-il à l’avantage des assureurs ?

Avec ce nouveau rebondissement, les compagnies d’assurance doivent s’adapter à une possibilité de perdre des clients. En France, les compagnies comme Axa, Alliianz, Generali ou Filiassur Assurance présentent des offres très flexibles avec les demandes du marché, mais la nouvelle disposition de la loi Sapin 2 jouera en faveur de leurs clients. En revanche, le changement s’effectuera en deux temps :

–          Les contrats signés à partir du 1er mars 2017 passeront en premier

–          Les anciens contrats (8 millions actuellement) devront attendre le 1er janvier 2018

Le facteur temps joue contre les banques

Après avoir trouvé ce compromis, les sénateurs ont décidé de le limiter uniquement aux nouveaux contrats. En effet, ils craignaient le risque constitutionnel qui pouvait toucher les anciens contrats.  De leur côté, les députés ont repoussé ce compris parce qu’ils n’étaient pas assez convaincus par la cause du risque constitutionnel. Ces derniers pensent qu’il s’agit d’une sorte de pression gouvernementale afin de laisser les banques tranquilles : une forme de préservation du monopole des banques sur l’assurance-emprunteur.

Voilà pourquoi il a été décidé de donner une année de plus aux anciens contrats avant de commencer l’application de ce dispositif. Ainsi, les députés estiment que les banques auront suffisamment de temps afin de pouvoir s’adapter à la nouvelle logique et repenser leurs offres de prix. L’enjeu est désormais grand et la concurrence pour attirer les clients sera de plus en plus intenses entre les banques et les compagnies d’assurance.

 

read more