Recent Posts

Contrats obseques : prevoir son depart, sans se faire avoir

Juil 30, 17 Contrats obseques : prevoir son depart, sans se faire avoir

Quel contrat choisir prestataire ou en capital ? Comment payer en une seule ou en viager ? il faut s’informer avant de s’engager.

De plus en plus de Français sont intéressé par la préparation et l’organisation de leurs obsèques à l’avance en plus du fait d’éviter que les frais soit pesant sur leur proche.

Selon la Fédération française des sociétés d’assurances (FFSA) près de 3.4 millions de contrats obsèques en 2012, avec une augmentation de 12 % par rapport à l’année précédente. Ce service était proposé au début par les promptes funèbres avant que les banques et les assurances (LCL, FILIASSUR, AXA…) ne s’accaparent la moitié du marché en 2011.

Les differents contrats obseques

Chaque compagnie d’assureur propose diffèrent prestation pour satisfaire leurs assurés, d’où il y a deux formules. Une formule « contrat en capital » où l’assuré préfère juste financer ses obsèques en mentionnant dans le contrat juste ses volontés religieuses et le mode de sépulture. Et dans ce cas lors du décès de l’assuré, la compagnie verse un capital d’environ 3,730 € (en 2009 selon FFSA) pour le bénéficiaire désigné, afin qu’il puisse les dépenser dans l’organisation des obsèques.

Pour la deuxième formule ou « contrat en prestation », du capiton au caveau, l’assuré peut tout organiser. Depuis la loi du 26 juillet 2013, les prestations doivent être bien détaillées de la part de l’assuré du type de cercueil jusqu’au type capitonnage rien n’est laissé au hasard. En cas de décès de l’assuré, la compagnie d’assurances doit respecter toutes les prestations demandées à la lettre sans que la famille ne paye aucun frais. Les prestations inscrites et qui n’ont pas été réalisées aux obsèques devront être remboursées au proche. Toutefois, il faut bien noter qu’il est possible au souscripteur de modifier les conditions des obsèques, mode de sépulture, changer de société de pompe funèbre désignée dans le contrat, voir même changer le mandataire choisi pour veiller au bon déroulement des volontés de l’assuré.

Le contrat en capital représente 75% des contrats de prévoyance contre seulement 10% pour les contrats de prestation.

Comment souscrire

Il faut bien noter que certain assureur demande une visite médicale pour pouvoir établir le taux de prime du contrat, tandis que chez d’autre comme FILIASSUR assurance et AXA, lors de l’adhésion ne demande aucun questionnaire médical.

Le payement de la cotisation se fait soit en une fois le souscripteur verse la somme du capital garantie, soit il cotise une somme minimale à vie. Ce dernier mode de payement, qui est adopter par plus que la moitié des souscripteurs, est à éviter puisqu’il peut conduire à payer plus que le montant du capital.

Sans oublier le plus important, d’informer vos proches que vous avez souscrit un contrat obsèques.

C’est très important de payer, et pourquoi pas de préparer et organiser tous les détails de ses obsèques à l’avance pour éviter tous les soucis financiers des funérailles à vos proches. Toutefois, il faut bien lire et signaler les moindres détails dans le contrat d’obsèques avant de finaliser la souscription.

read more

L’emploi perd-il en vitesse à cause de la mondialisation ?

Juil 24, 17 L’emploi perd-il en vitesse à cause de la mondialisation ?

S’ouvrir à l’étranger, accueillir des entreprises étrangères chez soi, exporter sa marchandise à l’international et favoriser la concurrence avec des multinationales, c’est ce que stipule le mot « mondialisation ». En effet, certains pensent que même si l’ouverture à l’étranger est bénéfique, voire obligatoire, pour la croissance économique, d’autres estiment que cette démarche « tue » l’emploi en local. Pour éclaircir ce contraste, Philippe Jeannerot, administrateur judiciaire et expert en économie explique sa vision.

Un quart de français exposés à la concurrence internationale

En faisant un simple retour en arrière dans les derniers événements internationaux, on constatera que le monde est entrain de voter contre la mondialisation : le Brexit le prouve bien d’ailleurs. Si les peuples commencent à « flipper » de cette ouverture économique à l’autre, c’est parce qu’il y a une bonne raison de le croire. En réalité, les travailleurs pensent qu’en marge des transactions avec l’international, leur emploi devient à risque.

Cette perception des choses n’est pas tout à fait fausse. Il faut admettre qu’un employé dans une entreprise où il existe une forte pression concurrentielle exercée par les concurrents étrangers ne ressent pas la même stabilité d’emploi qu’un fonctionnaire de l’administration publique par exemple. On parle là alors de travailleurs exposés à ces risques et de travailleurs abrités. En France, les statistiques montrent que la proportion des « abrités » a augmenté de 2,4 millions de salariés entre 1999 et 2013. En revanche, un quart des salariés français travaillent dans des entreprises exposées à la congruence internationale.

La mondialisation condamne les moins qualifiés

La mondialisation inquiète ses travailleurs exposés, car leur secteur d’activité est en croissance continue dans tous les pays développés. On parle de l’agriculture, l’hôtellerie, les télécommunications, l’industrie et de nombreux autres domaines où l’innovation et les avancées technologiques ne donnent pas le temps aux retardataires pour souffler. « Et si cette ouverture est souvent synonyme de baisse des prix, elle cause aussi la perte de quelques métiers », note Philippe Jeannerot. En effet, les personnes peu qualifiées auront du mal à tenir face à la concurrence internationale, leur emploi est vite balayé lorsqu’une mutation technologique – elles sont nombreuses dans ce genre de secteurs – se réalise ou une stratégie de travail change.

La grande utilisation des technologies de l’information et de communication a laissé les entreprises favoriser le changement des modes de production au recrutement de la main-d’œuvre. Du coup, les peu qualifiés sont souvent les premiers à être sacrifiés dans ce genre de situation.

read more

Tout savoir sur le métier d’animateur radio-télé

Mai 23, 17 Tout savoir sur le métier d’animateur radio-télé

Le métier d’animateur télé ou radio vous passionne ? Vous êtes amoureux de la présentation télé ? Vous rêvez que votre nom figure à côté de Cyril Hanouna, Michel Cymès, Nagui, David Ginola ou encore la présentatrice phare de LCI Audrey Crespo-Mara dans la liste des meilleurs animateurs en France ? Ayez une idée plus détaillée sur le métier de vos rêves et découvrez les petits secrets qui fera de vous un animateur prospère à la télé comme à la radio.

Responsable de l’audience de la chaîne, représentant de l’image de marque d’une station radio ou d’une chaîne de télévision, pilote de l’émission qu’il présente, un animateur ou un présentateur TV/ Radio est celui qui prend en charge le divertissement de ses téléspectateurs, la diffusion de l’information, le contrôle d’un discours ou d’un débat et un des personnalités médiatiques ayant le plus d’influence sur l’opinion publique.

Comment devenir Présentateur, animateur TV/Radio ?

Vous êtes doté d’une licence de philosophie comme Albert Camus, d’un part diplôme de critique cinématographique comme Florence Aubenas, issus d’une école de science politique comme Edwy Plenel ou d’un master Sciences pro comme la journaliste et l’épouse de l’animateur Thierry Ardisson, Audrey Crespo-Mara, sachez que votre parcours universitaire et votre diplôme ne compte pas autant que votre passion pour devenir animateur de renom.

Pour pouvoir dans ce domaine d’activités qui est un peu complexe et qui demande énormément de vigilance, d’attention et de persévérance il faut que vous :

  • Maitrisiez les sujets que vous allez traiter
  • Ayez un style propre à vous
  • Appuyiez sur des argumentations bien étudiées
  • Ayez un œil veillant et une écoute attentive
  • Informiez davantage sur vos invités et les sujets à évoquer
  • Prépariez à l’avance votre présentation, texte, discours, objections et contre-objection
  • Gardiez toujours le sourire et optiez pour un style vestimentaire qui mettre vos atouts en valeur…

Faites de votre rêve une réalité et choisissez le métier qui vous ressemble

A la radio comme à la télévision, la mission d’un animateur/ Chroniqueur ne se limite pas à la gestion de déroulement d’une émission ou de l’animation d’un plateau, pour pouvoir briller et se faire marquer dans ce domaine d’activité, il faut respecter certaines règles et faire face à diverses contraintes comme la gestion de temps, le contrôle du ton de l’émission….

Outre, un animateur radio ou télé prospère doit être très réactif, avoir un bon sens de l’humour, un discours unique et surtout trouver le bon mot au meilleur moment et à la bonne situation.

 

 

read more

Loi Travail, nouvelle reforme de Macron

Mai 16, 17 Loi Travail, nouvelle reforme de Macron

Le 14 mai prochain, monsieur Emmanuel Macron sera officiellement à la commande de ses nouvelles fonctions. Le nouveau président de la République, à proposer dans son programme plusieurs réformes au niveau de l’assurance vie, au niveau de l’éducation nationale, mais surtout des reformes concernera aussi la loi travail.

La reforme de Macron

Après la mise en œuvre de la loi El-Khomri, qui a suscité de nombreuses manifestations, le nouveau président, a prévus d’agir rapidement, par ordonnances, et de mettre en œuvre l’un des points clés de son programme, la réforme du travail. Concrètement, une ordonnance, c’est le fait de contourner l’approbation nécessaire de l’Assemblée nationale le pouvoir « législatif » pour faire passer une loi. L’exécutif, qui est le gouvernement, est autorisé à prendre pendant une période limitée, des mesures qui sont normalement du ressort du parlement sans passer par ces derniers, comme l’a expliqué l’administrateur judiciaire.

Cette loi stipule, que chaque entreprise peut en négociant avec les représentants des salariés et le syndicat, de fixer ensemble les règles de l’entreprise, qui englobera, heures de travail, salaires des employés et les conditions de travail. Mais encore, d’établir le plafond des indemnités des salariés en cas de licenciement abusif.

Loi travail, non merci !

Une pétition a été lancée en ligne sur le site loitravail.lol, contre la réforme de la loi travail qui a déjà recueilli plus d’un million de signatures. Ainsi qu’une lettre ouverte écrite par Caroline de Haas et François Ruffin publier par le huffington post et qui dénonce l’usage du nouveau président de l’ordonnance. Les salariés, se préparent à manifester une nouvelle fois pour exprimer leur refus total face ces réformes, dont ils n’y voient pas l’intérêt. En effet, après la vague de licenciement et du grand nombre de salariés retrouvés en chômage à cause des sociétés qui ont affronté des difficultés financières comme les géants du textile Mim, Vivarte et dernièrement Tati, les salariés s’inquiètent sur leur sort après ces réformes.

En effet, le pionnier du textile discount, Tati est en redressement judiciaire depuis le 4 mai dernier, avec la désignation de deux administrateurs  comme Laurent Le Guernevé qui sont chargés de sauver l’entreprise, et surtout de garantir de garder le maximum de salariés dans leur emploi. Dans le cas échéant, 1754 salariés se trouveront du jour au lendemain en chômage.

D’autres reformes dans le programme

Le nouveau président compte appliquer ces promesses à la lettre, en effet, parmi les réformes apportées dans son programme, l’arrêt immédiat du népotisme des parlementaires, en prohibant d’employer un membre de leur famille. Mais encore, Macron prévoit reformer l’éducation nationale en limitant le nombre d’élèves à 12 par classe, ainsi que de restituer les classes bi-langues. Mais encore intervenir dans le développement européen et bien sûr améliorer la sécurité intérieure pour lutte plus contre le terrorisme.

 

 

read more

Les meilleures audiences de cette semaine : la politique et l’actualite détronent la telerealite

Mai 13, 17 Les meilleures audiences de cette semaine : la politique et l’actualite détronent la telerealite

Cette semaine quelques chaînes de télévision françaises ont enregistré des audiences phénoménales en diffusant des émissions télévisées, des plateaux politiques ou encore des débats présidentiels.

Depuis quelques jours et à l’approche du second tour des élections présidentielles 2017, les chaînes françaises spécialisées dans l’actualités politiques ont vécu un moment fort et des audiences incontournables.

TF1 se positionne au premier rang et ce n’est pas par magie

Diffusant au cours de cette semaine des émissions phares attirant les téléspectateurs de tout âge et préférence, TF1 a été suivie par des millions de fidèles à cette chaînes et adeptes de ses programmes diversifiés.

Du côté des autres chaînes, « M6 » se contente de ses quelques millions de passionnés de ses émissions de télé réalité et France 2 cartonne avec la série « La famille Bélier ».

Sans surprise, « TF1 » était en tête des audiences cette semaine, grâce à sa diffusion des programmes qui intéressent le plus les téléspectateurs français et à son choix du bon timing.

De la politique, au divertissement, en passant par la téléréalité et les émissions d’actualité, TF1 a bien misé sur les programmes télévisés qu’elle a publié au cours de cette semaine et qui ont fait de sa chaîne la plus choisi par les TVSP français.

Zoom sur les Audiences de la television française du 03 mai 2017

Fière de la supérieure de la chaîne qui a fait d’elle une star de télévision, elle n’a pas hésité à partager sur twitter cette joie et d’annoncer que TF1 a cartonné et a brisé toutes les barrières ces derniers 48 heures.

Dans une démonstration affichant les parts d’audience nous voyons que les meilleurs scores appartiennent à « LCI Matin »  avec près de 2.5% et 86 000 téléspectateurs, et qu’un très gros score a été attribué à l’  « interview de 8h15 »  animé par la talentueuse présentatrice et l’épouse de Thierry Ardisson avec 3.3% de part d’audience et 142 0000 de TVSP, ensuite nous trouvons la « Médiasphère » de Christophe Moulin, suivi par « LCI & Vous » avec 2.0 et 82 000 TVSP et enfin « Le Débat » avec 1.6 et 125 000 de TVSP.

 

 

 

 

read more

La France s’oriente vers l’agriculture biologique a deux vitesses

Avr 24, 17 La France s’oriente vers l’agriculture biologique a deux vitesses

Une étude démontre que neuf Français sur dix consomment du bio au moins rarement, alors qu’ils n’étaient encore que quatre en 2003 et que plus que la moitié des Français en consomment régulièrement. Des chiffres importants qui prouvent l’importance des produits biologiques pour les consommateurs Français.

Produire plus de produits alimentaires tout en respectant l’environnement et la qualité nutritionnelle, est le projet que l’Etat vise mettre en place.

Ces 10 dernières années, la France s’est orientée vers une politique biologique préservant la qualité des aliments et la santé de l’environnement.

Donnant lieu à plusieurs ferme bio et à diverses sociétés de production inscrites à la politique biologique, la France est parmi les premiers pays défendant l’agriculture bio.

L’année dernière, le groupe de la restauration collective s’est engagé dans un projet bio visant à éliminer toutes sortes de produits de pesticides.

« Nous sommes convaincus des bienfaits des produits bio et nous veillons à limiter toute utilisation d’aliments transformés » Explique le dirigent d’Elior Group et le responsable de la stratégie commerciale du groupe.

Collaborant avec une centaine de producteurs inscrits dans le projet bio, le groupe de la restauration collective dirigé par l’ex homme politique  est parmi les plus grandes filiales encourageant l’idée de l’agriculture biologique en France.

L’agriculture bio, une experience a grand risque

Depuis près de 20 ans, Paul Hascoët élève ces terres des vaches laitières en conventionnel sur un terrain de 70 hectares contenant 110 poules et 3 labels bio. « Suivant de près toutes les étapes de l’agriculture de la plantation à la distribution, je souhaitais mettre fin à l’agriculture conventionnelle et m’orienter vers le bio » affirme-t-il.

Il y a quelques années, l’Etat a mis en place un nouveau règlement de l’agriculture encourageant la production biologique, et depuis, Paul et Nadine les deux propriétaires de la ferme, s’orientent vers une nouvelle politique Bio-Cohérence.

Un nouveau reglement europeen incertain

Beaucoup de producteurs agricoles s’intéressent au nouveau règlement mis en place par l’Etat et le trouvent très avantageux et d’autres le juge inutile et empêchant la production agricole.

Le label bio proposé par l’Etat allie les trois indispensables, Nature & Progrès, Bio-Cohérence et Demeter.

Un règlement tant attendu par certains producteurs agricoles, le label bio regroupe déjà près de trois mille de professionnels soit 5 % du total des opérateurs bio.

Pour conclure, la mise en place de la politique Bio-Cohérence et les dernières réformes du règlement européen, sont jugé trop laxistes et bénéfiques pour les uns et un peu gênant pour les autres agriculteurs.

 

read more